Glossaire: P

Périimplantite
Malgré le taux de réussite élevé des implants modernes, des études ont démontré qu’au fil du temps, des problèmes peuvent survenir. Ces problèmes ne sont certes pas graves au point d’entraîner le retrait de l’implant, mais ils nécessitent un traitement. À l’instar des tissus porteurs de la dent naturelle, les structures supportant l’implant pour la dent artificielle peuvent souffrir d’une inflammation chronique entraînant une perte osseuse. Cette maladie porte le nom de parodontite pour la dent et de périimplantite pour l’implant. Au bout de cinq ans, des périimplantites plus ou moins prononcées peuvent être observées pour un implant sur dix. Si l’inflammation progresse sans être détectée, le support osseux peut être détruit dans des proportions telles qu’il y a perte de l’implant.
 
Si les dépôts de plaque bactérienne à la surface de l’implant y restent pendant plus de deux jours, la gencive réagit par une inflammation. Dans un premier stade, seules les couches superficielles du tissu périimplantaire sont concernées. Après un nettoyage effectué par un professionnel et avec une hygiène buccale soigneuse, l’inflammation disparaît à nouveau sans avoir causé de dommages irréversibles. Cependant, si les bactéries demeurent plus longtemps sur l’implant, l’inflammation, d’abord inoffensive, peut également attaquer l’os. Celui-ci se rétracte peu à peu, et, au fil du temps, un cratère osseux se forme autour de l’implant. Les inflammations périimplantaires ne causent aucune douleur et sont rarement détectables à l’œil nu par des signes clairs tels que rougissement, tuméfaction, saignement ou purulence. La périimplantite peut donc progresser sans être remarquée par le patient jusqu’à causer des dommages importants. C’est pourquoi des visites régulières chez le dentiste ou l’hygiéniste dentaire sont recommandées. Le contrôle des tissus autour de l’implant et, le cas échéant, une radiographie ou un examen microbiologique permettent de détecter précocement les maladies périimplantaires et de les traiter en conséquence.
Perte d'un implant
Les raisons de la perte d’un implant ne sont pas toujours clairement identifiables. Plusieurs causes sont possibles:
 
  • Hygiène buccale insuffisante à l’origine d’infections comparables à la parodontite, souvent associées au tabagisme.
  • Contraintes mécaniques excessives, par exemple en cas de grincement nocturne des dents (bruxomanie).
  • Os de qualité insuffisante pour supporter les contraintes mécaniques (par exemple: ostéoporose chez le patient âgé).
  • Cicatrisation insuffisante de l’implant dans l’os.
  • Masse osseuse insuffisante.
  • Technique chirurgicale inadaptée (dans ce cas, l’échec se manifeste généralement peu de temps après l’intervention).
  • Infection durant la phase de cicatrisation.
  • Cause inconnue.
Perte osseuse
Malgré le taux de réussite élevé des implants modernes, des études ont démontré qu’au fil du temps, des problèmes peuvent survenir. Ces problèmes ne sont certes pas graves au point d’entraîner le retrait de l’implant, mais ils nécessitent un traitement. À l’instar des tissus porteurs de la dent naturelle, les structures supportant l’implant pour la dent artificielle peuvent souffrir d’une inflammation chronique entraînant une perte osseuse. Cette maladie porte le nom de parodontite pour la dent et de périimplantite pour l’implant. Au bout de cinq ans, des périimplantites plus ou moins prononcées peuvent être observées pour un implant sur dix. Si l’inflammation progresse sans être détectée, le support osseux peut être détruit dans des proportions telles qu’il y a perte de l’implant.
 
Si les dépôts de plaque bactérienne à la surface de l’implant y restent pendant plus de deux jours, la gencive réagit par une inflammation. Dans un premier stade, seules les couches superficielles du tissu périimplantaire sont concernées. Après un nettoyage effectué par un professionnel et avec une hygiène buccale soigneuse, l’inflammation disparaît à nouveau sans avoir causé de dommages irréversibles. Cependant, si les bactéries demeurent plus longtemps sur l’implant, l’inflammation, d’abord inoffensive, peut également attaquer l’os. Celui-ci se rétracte peu à peu, et, au fil du temps, un cratère osseux se forme autour de l’implant. Les inflammations périimplantaires ne causent aucune douleur et sont rarement détectables à l’œil nu par des signes clairs tels que rougissement, tuméfaction, saignement ou purulence. La périimplantite peut donc progresser sans être remarquée par le patient jusqu’à causer des dommages importants. C’est pourquoi des visites régulières chez le dentiste ou l’hygiéniste dentaire sont recommandées. Le contrôle des tissus autour de l’implant et, le cas échéant, une radiographie ou un examen microbiologique permettent de détecter précocement les maladies périimplantaires et de les traiter en conséquence.
Planification
Après l’examen approfondi, un plan de traitement individualisé est établi. Il y a souvent différentes variantes de prise en charge, dont les avantages et inconvénients doivent être présentés.
Plongée
On part du principe que plus une opération est compliquée plus il faudra attendre longtemps avant de faire de la plongée. S’il y a des complications après l’implantation, p.ex. en raison de maladies ou de consommation de cigarettes ou d’alcool, il faudra davantage prolonger le temps d’attente. Il n’y a plus de risques pour l’implant ou la prothèse pour faire de la plongée uniquement au moment où l’implant dentaire est intégré complètement dans l’os et la prothèse définitive est bien en place. Le temps d’attente adéquat devrait être défini par le médecin-dentiste traitant.
Power Plate
Les distributeurs de la Power Plate et les centres d'entraînement déconseillent son utilisation lorsque des implants ont été récemment posés, également dans le cas des implants dentaires. L'entraînement devrait pouvoir être repris sans problème après la période de cicatrisation de quatre semaines environ. On ne dispose toutefois d'aucune recherche scientifique dans ce domaine.
Prothèse dentaire amovible
S’il manque toutes les dents dans la mâchoire inférieure ou supérieure, une solution à base d’implants est également possible, soit avec un bridge fixe, soit avec une prothèse amovible.

Une prothèse amovible est envisagée lorsque l’os maxillaire est déjà en assez mauvais état et qu’une reconstruction osseuse est impossible ou n'est pas souhaitable. Pour une prothèse fixe présentant de bonnes qualités fonctionnelles et esthétiques, il faut en général disposer de 6 à 8 piliers dans la mâchoire supérieure et de 4 à 6 dans la mâchoire inférieure. La solution avec implants est nettement plus stable qu’une prothèse traditionnelle et garantit une meilleure fonction masticatoire. Afin de pouvoir retirer la prothèse dentaire pour la nettoyer, elle est fixée sur les implants au moyen de barrettes ou de boutons-pressions. Elle peut également être vissée; dans ces cas, seul le dentiste peut la retirer.
up
Commande des moyens d’informations
  • Brochure PDF (372 KB)
  • Dépliant PDF (70 KB)
» Commande
Qu'est ce qu'un implant dentaire?

Un implant dentaire est une vis, en général en titane, qu’une intervention chirurgicale permet d’insérer dans l’os des maxillaires où elle remplace la racine de la dent manquante. Une prothèse dentaire est ensuite fixée sur ce pilier artificiel. La technique des implants permet de remplacer une dent isolée, de combler un vide plus ou moins important entre deux dents, ou de fixer une prothèse amovible dans une mâchoire presque édentée.